Décharges et surcharges : Acte I, scène 1

Publié le par Catherine Picque

Acte I, Scène 1

Le salon d’une maison de campagne. Lucien et André, passent au fond de la pièce en se chahutant et en s’embrassant comme des mômes amoureux, avant de s’engouffrer dans l’escalier qui mène à la cave. Leurs voix parviennent à Myriam et Lucy installées sur des fauteuils en osier sur la terrasse, qui donne sur le salon

Lucien

On prend du Bourgueil ou du Côtes du Rhône pour aller avec le gigot ?

André

Du Bourgueil ! Autrement René va encore nous bassiner avec le raisin radioactif !

Myriam

Ça ne te gêne pas toi ?

Lucy

Quoi ? Que ce soit toujours les mecs qui choisissent le vin ? Tant qu’ils ont bon goût, en plus, avec tous les incidents qu’il y a eu à Tricastin, moi aussi je préfère un vin de Loire...

Myriam

Non, je veux dire... Ça fait bizarre quand même de les voir s’embrasser comme ça...

Lucy

Pourquoi, ils s’embrassent d’une façon particulière ?

Myriam

Non, mais ce sont des hommes...

Lucy

Je te le confirme, je suis leur ostéopathe, au cas où, tu ne t’en rappellerais pas. Même en caleçon, il y a certains reliefs qui ne trompent pas...

Myriam

Je ne voudrais pas que tu te méprennes, ce sont nos amis, et je respecte leur amour, je serais même prête à leur faire une lettre de recommandation s’ils pouvaient adopter... Mais quand ils s’embrassent, comme ça...

Lucy

Tu veux dire comme nous les hétéros ?

Myriam

Ça me tétanise, je ne sais pas si je dois détourner le regard... ou...

Lucy

Gerber ?

Myriam

Oh ! Tu exagères, je ne suis pas aussi peu ...

Lucy

Ouverte ? Décomplexée ? Evoluée ?

Myriam

J’avoue, je ne suis pas aussi à l’aise que toi... comment fais-tu ?

Lucy

Je fais comme pour les sushi !

Myriam

Tu les manges avec des baguettes et pas avec les doigts ?

Lucy

Je n’en mange que chez les autres ou au resto, j’aime ça, mais je n’en fais jamais et je ne veux pas connaître la recette.

Myriam

Ah ! Toi aussi, ça te dégoûte un peu ...

Lucy

Pas du tout, mais pour moi les homos, c’est comme les Japonais : je suis fascinée par certains aspects de leur culture, je sais que je ne serai jamais comme eux et je ne veux pas connaître certains secrets...

Myriam

...de cuisine ?

Lucy

Si tu veux... Enfin, en clair, la vie sexuelle de mes amis ne m’intéresse pas...

Myriam

Oui, mais là... Ce n’est pas du voyeurisme ! Ils s’embrassent ouvertement devant nous !

Lucy

C’est fini le maccarthysme ! Pourquoi ils se cacheraient ? Ils passent le week-end avec des potes, pas avec leurs grands-parents !

Publié dans Théâtre

Commenter cet article