Lutte des classes chez Hippocrate

Publié le par Catherine Picque

Lutte des classes chez Hippocrate

Combien de fois encore, devrais-je être la cible d'une blouse blanche hypocrite ? La sage-femme qui ferme les stores excédée par le martèlement des tambours de la CGT et devant ma mine amusée m'assène "vous comptez aller manifester après ?", le dermatologue qui profite de ma vulnérabilité sur le billard pour m'assener que la pénibilité au travail ce n'est que pour les mineurs de fond, le dentiste qui m'arrache les dents de sagesse tout en crachant son venin sur les fonctionnaires, et enfin l'angiologue qui me prend pour une poupée vaudou... à cause de moi et de mes coreligionnaires de la cause du peuple, son mari ne pourra pas aller à un congrès médical à New- York. Qui est pris en otage ? Etre en rade sur un tarmac, un quai de gare, est-ce aussi angoissant qu'être entre les mains d'un soignant qui a oublié que vous êtes un patient.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article