Rencard du XXIème siècle

Publié le par Catherine Picque

"Imaginez votre vie amoureuse en l'an 2017". Une rédaction aussi ardue que celle de 1977 : "Décrivez votre vie en l'an 2000". Que d'heures passées, durant ma scolarité à éprouver mes conjugaisons du futur simple, en décrivant des navettes spatiales et des maisons faisant le ménage toutes seules. Je ne connaissais pas encore Tati, les seuls Jacques de mon univers étaient Brel, Prévert et tous les moustachus en collant. Je n'imaginais pas que je me retrouverais devant une page blanche à plus de 40 ans, maman de trois enfants, à devoir décrire un rendez-vous amoureux du XXIème siècle... Alors qu'à mon dernier rencart, je n'avais pas encore un quart de siècle. Le concept est aussi flou pour moi que l'orthographe du terme : rencart, rancard, rencard... Je me sens comme Moby Dick, beaucoup de surface disponible pour être harponnée par des capitaines irascibles, qui cherchent toujours le "véritable amour", alors qu'ils n'ont parfois, même pas déjà trouvé le courage de se plonger dans la réalité du couple. Ils sont en quête de l'âme soeur, mais pensent pouvoir en faire l'acquisition de la même façon que le dernier modèle BMW. Dans les comédies romantiques pour trentenaires avides de se caser, je n'ai jamais compris l'adage "Il faut embrasser beaucoup de crapauds avant de trouver un prince". Je me demande s'il ne serait pas plus simple d'éviter les marécages... comme les sites de rencontres et autres réseaux sociaux où l'on peut adopter un mec. Je ne suis pas la SPA, je n'ai aucune envie de chouchouter un dogue ou un pékinois. Je n'ai plus l'âme de Lassie. Je vais m'occuper de moi, aller à la rencontre de la personne que je suis et que j'ai perdu de vue. Et peut-être qu'en chemin, je rencontrerai quelqu'un qui a pris aussi le temps d'être bien avec lui, avant de rechercher une poupée neuve ou d'occasion...

 

Publié dans Autofiction

Commenter cet article